Turbocompresseur sur moteur TwinAir : un mauvais entretien peut couter très cher

Turbocompresseur sur moteur TwinAir

Intéressons-nous ce mois-ci au turbocompresseur sur moteur TwinAir FIAT et Lancia et sur l’importance de la qualité de l’huile (qui doit rester propre et non dégradée) pour éviter sa casse. En effet, chacun sait aujourd’hui que les tolérances d’usinage atteintes par la technologie mécanique actuelle ne permettent plus d’approximation en ce qui concerne l’entretien.

Les dommages qu’un turbocompresseur sur moteur TwinAir peut subir en raison d’une mauvaise maintenance conduisent souvent au remplacement de la pièce, et nous nous sommes intéressés, pour mettre cela en évidence, à un cas de panne sur une motorisation récente et particulière.

Il s’agit du moteur TwinAir monté sur les modèles FIAT et Lancia. Dans notre cas le véhicule est de novembre 2011, cylindrée 875cc, 85 CV, code moteur 312A2000, avec 80.000 km au compteur et des entretiens périodiques qui ont été réalisés selon les préconisations constructeur, à 30244 km et 60648 km.

Sur ce véhicule, malgré le respect apparent des préconisations constructeur (entretien tous les 30000km) et des instructions de maintenance du carnet d’entretien, la voiture fonctionnait avec une huile dégradée au niveau de sa qualité et le turbo a cédé à environ 80000 km.

→ Cela est probablement dû au fait que le véhicule était utilisé en « mode intensif » et aurait dû faire l’objet d’un entretien dit « sévérisé ». 

Dans notre exemple, le tuyau d’alimentation en huile s’est bouché à cause des boues huileuses de l’huile dégradée, et le turbo a tourné avec un débit d’huile insuffisant.

La situation a été aggravée par l’emplacement et le rayon de courbure du tuyau de graissage très proche du point le plus chaud du turbo, ce qui a provoqué une perte considérable de charge de lubrifiant, et donc un ralentissement du fluide.

Turbocompresseur en place et la conduite d’alimentation d’huile
Turbocompresseur en place et la conduite d’alimentation d’huile
Tuyau d’alimentation en huile, détail de l’obstruction
Tuyau d’alimentation en huile, détail de l’obstruction

Ces causes ont contribué au rétrécissement de la section de passage de l’huile et, par conséquent, à un refroidissement et une lubrification insuffisante de l’ensemble turbocompresseur qui a entrainé des réactions en cascade : surchauffe de l’axe du turbo, grippage des bagues, torsion et rupture de la turbine d’échappement.

Turbine d’échappement
Gauche : turbine d’échappement côté aubes
Droite : turbine d’échappement côté axe de rupture

Dans ce cas, il n’y a pas eu d’autre solution que de changer le turbocompresseur.

Mais il ne fallait surtout pas s’arrêter là et oublier de traiter la cause. L’examen des conduites de graissage et de refoulement a mis en évidence leur obturation et la nécessité de les remplacer. Si ces conduites n’avaient pas été remplacées, alors il est fort probable qu’une casse du nouveau turbocompresseur serait intervenue, quelques dizaines de kilomètres seulement après son remplacement.

En conclusion, il est indispensable, quand on est confronté à ce type de panne, de vérifier systématiquement la propreté des conduites d’alimentation et d’évacuation d’huile. Cette préconisation peut d’ailleurs être étendue à tous les véhicules suralimentés.

Dans le cas du moteur TwinAir, il faut porter une attention particulière à la partie du circuit hydraulique en question. Il est important également de tenir compte du type d’utilisation (sévère ou non) et des habitudes de conduite du conducteur. Pour une utilisation sévère il peut être souhaitable d’anticiper l’entretien pour préserver la durée de vie des pièces qui sont soumises à de fortes contraintes de lubrification.