De plus en plus sollicité, l’alternateur mérite son équipement d’atelier

VISUEL TMA INTITEK

Un alternateur est un système électrique qui fournit l’énergie nécessaire au fonctionnement des différents systèmes du véhicule et charge la batterie. C’est un élément absolument essentiel qui doit faire l’objet d’une attention toute particulière.

Les véhicules rencontrés en atelier sont électriquement de plus en plus énergivores : ce phénomène est directement lié à leur évolution technologique (Start and stop par exemple).

Afin de pallier au besoin de ces véhicules, les batteries sont de plus en plus puissantes. Cependant, encore faut-il que l’alternateur soit lui-même irréprochable. 

Pour que l’alternateur puisse assurer correctement ses fonctions, la tension de l’alternateur doit être constamment supérieure à la tension de la batterie. Il faudra alors vous en assurer si le véhicule présente un problème d’alimentation électrique. 

Un contrôle sérieux de l’état de l’alternateur a parfois tendance à être
mis de côté car l’opération peut paraitre fastidieuse et parce que vous ne disposez peut-être pas de l’équipement nécessaire. 

Avec les anciennes technologies d’alternateurs, la régulation était faite par un régulateur intégré (ou externalisé) qui était directement lié à la tension de batterie. Désormais, la régulation est conduite par l’ordinateur de bord du véhicule (CPU) qui collecte les informations de l’ensemble du véhicule et « commande » l’énergie nécessaire à l’alternateur. 

Dans l’industrie automobile actuelle, il existe une variété importante de protocoles de communication. Ces protocoles envoient des « messages » à l’alternateur pour piloter la tension de régulation. 

À l’heure où les alternateurs ont acquis une complexité et une importance grandissantes, vous devez vous doter d’un équipement intuitif et simple d’utilisation au sein de votre atelier qui puisse prendre en charge l’intégralité des protocoles de communication des alternateurs aussi bien anciens que récents. 

Il existe trois types de protocoles concernant les alternateurs :

A. Les protocoles simples
Cette famille utilise un protocole
« C-TERM » de chez Toyota et Honda. L’alternateur régule à environ 14V. Quand le terminal « C » est mis à la terre, la tension de régulation tombe à 12,8V. 

Cette fonctionnalité est utilisée quand le moteur du véhicule demande beaucoup de puissance. En abaissant la tension de régulation, la charge mécanique est réduite et le moteur est libéré.  

Ce protocole est dit « simple » car nous pouvons choisir entre deux tensions de régulations : 12,8V ou 14V.

B. Les Protocoles « avancés »
Cette famille représente la majorité des protocoles existants sur les alternateurs modernes.

Nous pouvons y lister les protocoles suivants :
– PCM sur les véhicules Européens FORD et LAND ROVER.
– RVC sur les véhicules GM.
– RLO sur les véhicules TOYOTA.
– P&D sur les véhicules MAZDA, KIA ou MITSUBISHI. 

Ces protocoles sont dits « avancés »
car la tension de régulation est totalement contrôlée et définit par le CPU.  Ils utilisent un codage PWM (Pulse Width Modulation = modulation d’impulsion). La largeur d’impulsion du signal envoyé par l’ordinateur de bord à l’alternateur détermine la tension de régulation fournie.

Les protocoles de cette famille se différencient par :
● La fréquence de leur signal.
● L’amplitude du signal de tension.
● Leur ratio de transformation. 

C. Les protocoles « Intelligents »
Il s’agit de la dernière catégorie, la plus avancée technologiquement qui est composée des protocoles LIN et des BSS avec leurs dérivées : Lin1, Lin2, Lin3, BSS1, BSS2..

Ces protocoles sont dits « intelligents »
car ils contrôlent et définissent bien plus que la tension de régulation. 

Par exemple, le Lin permet de définir le temps de réponse, les modes de défaut…

La communication entre le CPU et l’alternateur est à double-sens. L’alternateur est à même de répondre aux questions du CPU, et ces réponses sont des messages contenant différentes informations comme les pannes, les températures, la tension de régulation, etc…

Les protocoles de cette famille se différentient par :
● Leur vitesse de communication
● Leur méthode de codage
● L’amplitude du signal de tension

Conclusion
La complexité et la diversité des différentes technologies de communication pour réguler les alternateurs entrainent une grande difficulté pour tester les alternateurs sans un outil moderne.  Si le protocole utilisé n’est pas le bon, l’alternateur ne régule par correctement, et parfois ne débite pas du tout de courant (surtout avec Protocol LIN).

INTITEK for Manufacturing a développé une gamme de machines de test, ONYX et TITANE, capables de reconnaitre automatiquement quel protocole le régulateur utilise (simple, avancé ou intelligent).

Ces bancs de test automatiques peuvent simuler la communication entre l’ordinateur de bord et l’alternateur, et ainsi procéder à une analyse complète.

Les bancs vérifient un par un les différents protocoles de communication existants sur le marché, jusqu’à ce que l’alternateur régule correctement.

INTITEK for Manufacturing est l’entité de fabrication du groupe d’Ingénierie INTITEK. Avec plus de 600 ingénieurs affectés à ses projets en France et dans le monde, INTITEK conseille et accompagne ses clients dans les secteurs de l’Automobile, du Transport ou encore de l’Industrie Militaire