Quand recyclage et réemploi
sont « PRÉCIS » avec l’Indra

INDRA 1

Indra fête ses 30 ans. Le groupe a annoncé un chiffre d’affaire de 41 M€ en 2015 et projette un chiffre d’affaire réseau de 270 M€. Ses convictions, ses expertises comme son organisation explorent de nouvelles pistes de développement de la filière « recyclage automobile » et présagent une année 2017 ambitieuse.

 

La nouvelle Loi de Transition Énergétique impose aux réparateurs automobiles de proposer à leurs clients des pièces issues de l’économie circulaire. Engagé dans cette optique, le groupe Indra Automobile Recycling a anticipé la loi et a créé dès 2016 la plateforme « Precis », un service en ligne de mutualisation des stocks de pièces de réemploi, qui permet leur commercialisation et leur mise à disposition entre professionnels.
Créée pour faciliter l’accès aux pièces détachées de réemploi au niveau national, l’outil Précis a d’ores et déjà conquis en 2016, près de 2 000 réparateurs ayant passé 9210 commandes en ligne. Alimentée par 27 Centres Véhicules Hors d’Usage, ce ne sont pas moins de 190 000 pièces détachées réutilisables qui sont stockées, prêtes à être livrées aux professionnels de la réparation.
Actuellement les pièces de réemploi représentent 2% du marché des pièces de rechange en France. Le groupe estime que la part du réemploi devrait atteindre 6% dans les 5 prochaines années.
Indra Automobile Recycling ambitionne d’ici 2020 d’alimenter la plateforme Precis par l’intermédiaire de 250 CVHU agréés, qui devraient mettre à disposition 1,2 millions de pièces de réemploi, et générer 145 000 commandes.

INDRA 2

La lutte contre les filières illégales
Le développement du recyclage automobile dans une logique d’économie circulaire passe également par la lutte contre les filières illégales, dites «sauvages » et donc non agréées par les Pouvoirs Publics.
Pour favoriser le recyclage et la valorisation des véhicules hors d’usage, l’entreprise a également créé le site Internet www.goodbye-car.com pour mettre en relation les particuliers avec les CVHU agréés de son réseau. Le réseau Good Bye Car est 100% agréé, il garantit au particulier que son véhicule sera recyclé dans le respect des normes et permet de maintenir les 17 000 emplois, non délocalisables, générés par les 1 620 centres agréés.
En 2016, ce ne sont pas moins de 14 215 mises en relation qui ont été réalisées par le site www.goodbye-car.com. Le groupe Indra Automobile Recycling ambitionne de traiter
20 000 véhicules en 2017, puis 60 000 en 2020, par l’intermédiaire de ce service dédié aux particuliers.

INDRA 3

Quels sont les enjeux du recyclage automobile ?
1,5 millions de véhicules hors d’usage (VHU) sont détruits tous les ans (source ADEME 2013) dont environ 500 000 voitures récupérées par la filière illégale. Depuis le 1er janvier 2015, une directive européenne impose le recyclage de 95% de la masse du véhicule. A ce jour, seules les casses agréées ont la capacité d’y répondre. Cela concerne 17 000 emplois non délocalisables mis en péril par la filière sauvage sans compter les conséquences écologiques puisqu’un litre d’huile pollue 1000 m3 d’eau. Une prise de conscience par les citoyens comme par les pouvoirs publics est de rigueur.
Pour assurer la rentabilité de la filière, l’entreprise anime l’ensemble de son réseau en conseillant les chefs d’entreprise et en récompensant les meilleures performances visant à structurer les centres. 600 CVHU ont investi en équipements, 200 ont réaménagé leur atelier de dépollution et démontage et 30 ont réaménagé en totalité leur site. Deuxième volet de la rentabilité, Indra tend également à monter en compétence les équipes. A ce titre, 60 modules de formation ont été dispensés et 350 personnes formées en un an. Développeur d’outils commerciaux, Indra investit sur la qualité de son réseau tout en assurant un maillage qui tend à proposer un CVHU tous les 50 km.

INDRA 5

La vocation d’Indra tend surtout à devenir le pilier de l’économie circulaire automobile. Pour répondre à cette exigence, Indra détient un pôle engineering travaillant à des projets tels que le développement de filières matières, l’étude ergonomique des postes de travail, la sécurité du démontage des voitures. Ce pôle recherche et développement prend d’ailleurs part à des projets européens d’avant-garde tels que Valtex, Valver, Pareo, Robomate, ou Icare 95. Parce que l’étude est indissociable de l’application, ce département Engineering teste et améliore ses process et méthodes sur ses deux sites en nom propre (industriel et déconstruction), ce qui lui confère une parfaite compréhension des problématiques rencontrées par les CVHU agrées.